lundi 18 mai 2015

Les Bermudes en short !

Et c'est reparti, après 2 mois et demi de petites navs, jolies baignades, apéros sous les cocotiers, il est temps de lever l'ancre, pousser la barre et mettre le cap à l'Est. S'arracher aux caraïbes est toujours un peu délicat, surtout quand la mer s'y met pour nous compliquer la tâche. La veille du départ prévu, une petite infection remontée du ventre vers nos gorges, et qu'on s'est partagé amoureusement selon les termes de notre contrat devant Dieux et les Hommes, nous pousse à reporter de 2 jours notre départ. Mais nous ne voulons pas laisser passer la fameuse fenêtre météo et notre sortie du territoire Dominicain a déjà 3 jours... 

Dimanche 3 mai, il était donc grand temps de larguer les amarres !


Les 3 premiers jours, une forte houle de travers nous ballotte inconfortablement et s'ajoute à notre petite fatigue initiale pour nous laisser dans un état un peu léthargique. La mer se charge quand même de nous réveiller en faisant claquer des vagues sur le liston qui explosent juste au dessus de notre col, un gros bisous dans le cou de l'océan ! Heureusement sous ces latitudes l'eau est encore chaude et on se remet vite au sec. 
Les petits SMS de routage de Clovis nous montrent la voie et le soleil derrière les nuages, nous faisant bien marrer au passage. 


Le 4ème jour la mer se calme et Django file droit nous permettant de profiter sereinement des plaisirs de la navigation : lecture, cuisine (on enchaîne les gâteaux ananas, sablés coco, burger à l'oeuf, salades poulpe - crudités, pommes au chocolat, et même des harchas, pancake marocains - Django : le palais de votre palais!), douches et baignade quand le vent mollit vraiment. On se regarde même les épisodes la saison 3 de The Wire ! Un regret : celui de n'avoir pas réussi à pêcher, on espère bien se rattraper sur le prochain tronçon !







Le 10 mai (Joyeux anniversaire Papa ! ) nous sommes à 120 Mn des Bermudes et alors que nous commencions à perdre tout espoir d'arriver avant le lendemain, le vent se relève et pousse Django à 6 nds nous prévoyant une arrivée pour 18h juste avant la tombée de la nuit. On fonce s'aidant même un peu du moteur les 2 dernières heures pour entrer dans le chenal de cet atoll mondialement connu pour ses récifs juste avant que l'obscurité ne nous enveloppe.

On a franchi le fameux et inquiétant triangle des Bermudes sans encombre, ouf !

Avant d'arriver sur cet îlot perdu il convient de s'annoncer et ici les autorités sont plus curieuses sur notre matériel électronique que sur les informations fiscales de leur ressortissants : on passe 20 minutes avec Radio Bermuda à détailler la liste de nos équipements, même des instruments dont ne soupçonne pas l'existence, « do you have Nanana ? » « Heu yes ananas, yeah that we have ! » Il conclut enfin par « If at any moment you have any question, you must call me immediatly ! » « Yes sir ! ».
L'accueil par les douanes n'en demeure pas moins très cordial, ils poussent même le zèle à 21h un dimanche soir en nous donnant des cartes de la ville, nous indiquant les points d'intérêt et nous recommandant un bon pub pour fêter notre arrivée, the white horse. La bière est bonne mais l’addition est salée et nous met vite au parfum sur le niveau de vie dans l'île : 15$ les 2 bières – et encore Mathilde a pris un demi, 12$ les 6 rouleaux de PQ (le problème c'est qu'on peut se passer de PQ, mais peut-on se passer de bière ?). A ce rythme là si la météo ne s'arrange pas vite nos finances vont fondre comme neige au soleil. Sinon l'ambiance est bonne et les habitants très accueillants, c'est un peu Jersey sous les tropiques ! Comme la plupart des paradis fiscaux, ces îles sont un territoire d'outre-mer britannique, qui se caractérise par le record du nombre de golfs par habitants (8 pour 69 000 habitants), un revenu moyen de 60 000 US$/an et des chauffeurs de taxi et businessmen en bermuda rose assorti à leur chemise et aux chaussettes qui remontent jusqu'aux genoux, so British !






 
Les 2 facettes de la prévoyance anglaise 















La prochaine bonne fenêtre météo est pour le mardi 19, on a donc 10 jours à passer ici, ce qui au départ nous semble long. Mais comme partout dès qu'on reste un peu on a vite fait de rencontrer des gens sympas et découvrir les activité locales. On explore donc les fonds marins, plein de banc de pagres, d’énormes poissons perroquets, de gros barracudas et de magnifiques paysages coralliens. Nous sommes mouillés devant la ville historique de George Town mais nous offrons un tour de l'île, rejoignant la pointe Ouest (Dockyard) en Ferry et retournant en bus à Georgetown. A Dockyard, Oracle, le team defender de l'America's Cup est déjà près à défendre son titre en 2017, alors que les autres équipes, supposées commencer les phases qualificatives en octobre prochain ne sont pas encore arrivées...
Rapidement, on connaît tous les français du mouillage qui est organisé en bastions d'apéros : français, allemands, anglais, suédois, américains, à chacun son style seuls les suisses semblent comme à leur habitude rester un peu isolés :-).







Nous repartons donc mardi vers les Açores pour une traversée de 1700 Mn, soit entre 15 et 20 jours de mers suivant les bonnes grâces d'Eole. On continue à compter sur vos petits messages d'encouragements pour la traversée retour (voir rubrique nous contacter), c'est toujours un rituel sympa que de les consulter avant de prendre nos quarts de nuits (en plus comme dirait Colin c'est gratos !)

PS. Pour ceux que la photo des harchas fait baver, vous pouvez essayer il suffit de mélanger (pour 6 pers) 250g de semoule fine, une c. à c. de sel, 2 c. à s. de sucre, un sachet de levure chimique et un de sucre vanillé, 120g de beurre fondu, 1 jaune d'oeuf (touche perso) ; ajouter 50ml de lait puis mélanger le tout pour obtenir une pâte homogène. Laisser reposer 5 minutes ; former des boules de pâte et les aplatir dans la poêle pour les faire cuire des 2 côtés et les servir accompagnés de miel !


9 commentaires:

  1. Les photos sont magnifiques !
    On pense bien a vous, on sera a Genelard ce WE !
    Charles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Oh trop cool ! Vous imaginer là bas occupera les longs quarts de nuit du WE à venir. Quand on sait ce qui se passe habituellement à Genelard, notre imagination pourra être suffisamment riche pour nous tenir en haleine 2 jours durant ;-) Gros bisous. Boubou

      Supprimer
  2. Nous vous souhaitons une heureuse traversée, nous attendons de vos nouvelles à l'autre bout, je vous survolerai mardi et vendredi de la semaine prochaine et penserai très fort à vous alors.
    Fabrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention à ne pas faire de vagues...
      Mathilde

      Supprimer
  3. N'oublie pas ta check List de départ!

    RépondreSupprimer
  4. Comme je sais que tu prevois rien je vais t'aider un peu. Alors chez les champions cest le 1... Bridge pré departure: Has passage plan been préparer.. Facile, plein est!... Je te passe les trucs chiants... Ah! 12: Are all crew onboard as per the crew List? Cest l'histoire du belge qui oublie sa femme sur une aire d'autoroute... Tu peux renchérir??
    Bonne route et good luck mes petits fous! Soyez prudents et profitez bien. On se retrouve aux Açores!

    RépondreSupprimer
  5. Tout cela fait rêver!
    De belles bises de la Suisse
    Edouard

    RépondreSupprimer
  6. magnifiques photos et lecture de vos péripéties toujours plus qu'agréable... merci de nous faire partager tous ces beaux moments ! nous sommes toujours autant admiratifs (voir de plus en plus) ! Belle traversée et à bientôt avec de nouvelles photos et recettes (on va tenter). De grosses bises,
    Claire, Phil et Jules
    PS : j'aurais dû signer les "pas doués" car cela fait le 5 ou 6ème commentaires que j'essaie de poster depuis des mois, sans succès... une bouteille à la mer !

    RépondreSupprimer